samedi 4 juin 2011

ALICIA MACHADO A BIEN PRIS SA REVANCHE SUR DONALD TRUMP...


Les réseaux sociaux, les Face Book et Twitter de ce monde, ont pris une importance démesurée ces dernières années. Un grand nombre de personnes semblent vouloir jouer à la vedette ou cherchent "à se tirer du grand" en étalant les détails de leur vie privée devant une foule "d'amis(es)" qu'ils ne connaissent pratiquement pas. Souvent, certaines révélations peuvent avoir des conséquences insoupçonnées. Votre employeur, par exemple, pourra vous congédier à cause d'une remarque désobligeante à son égard. Remarque que vous avez exprimée sur votre réseau d'amis, sans penser que votre patron pourrait en être informée. On en est venu à ignorer de précieux et sages adages comme : «La parole est d'argent, mais le silence est d'or». Ou bien : «Les paroles s'envolent mais les écrits restent».


Les vraies vedettes qui écrivent sur de tels réseaux dans le but d'accroître davantage leur popularité, ou parce que "les autres le font", peuvent encore moins écrire n'importe quoi. Prenez l'exemple de l'actrice, chanteuse, mannequin et "playmate" vénézuélienne Alicia Machado (photo ci-dessus). En "twittant" ou en gazouillant, elle a exprimé le souhait que les deux Chines fassent la paix. Tout le monde a compris qu'elle aurait plutôt dû parler des deux Corées. On ne lui a pas pardonné son erreur et l'ex-Miss Univers 1996 a été abreuvée d'insultes et de commentaires méchants. "Dinde", "conne", "ignorante", tous les mots blessants ont été employés pour la condamner. Tellement que la reine de beauté, âgée de 34 ans, a été dans l'obligation de fermer son compte twitter. Il n'y a pas si longtemps pourtant, l'ex-candidate à la vice-présidence des États-Unis, Sarah Palin, a erré elle aussi sur des points "géographiques", et ce en pleine campagne électorale. Cette gaffe ne l'empêchera pas prochainement de briguer à nouveau les suffrages, cette fois à titre de candidate à la présidence américaine. Et, après tout, pour venir à la défense de madame Machado, il y a bien deux Chines si on considère l'existence de Taïwan, une île et un état en marge de la Chine continentale ! Et les deux entités n'ont jamais eu des relations très cordiales...



Si Alicia Machado était aussi idiote que plusieurs de ses détracteurs le prétendent, elle n'aurait pas connu autant de succès en menant habilement plusieurs carrières parallèles. Car, comme elle l'a signalé en entrevues, il ne suffit pas d'être belle pour réussir dans le show business. Il faut surtout du talent, du travail acharné, une bonne préparation. Selon cette ancienne Miss Vénézuela (1995) originaire de Maracay : «la beauté est seulement un aspect d'une personne, elle est temporaire; mais votre esprit, lui, vous guide pendant toute votre vie.» C'est pourquoi elle dit que, chaque jour, elle cherche à s'améliorer intellectuellement. Cette image de femme fatale, sensuelle, sexuelle et superficielle, Alicia la traîne depuis ses dix-neuf ans, soit depuis son couronnement à titre de Miss Univers. Bien que les observateurs du déroulement de ce fabuleux concours ont certifié qu'elle avait dominé ses concurrentes, la jolie brune a été très étonnée de sa victoire. C'est quelques semaines après son triomphe qu'une controverse a éclaté au sujet de son poids. En peu de temps, elle a engraissé de vingt livres. Appelée à voyager dans plusieurs pays et bousculée par un horaire chargé, Machado a perdu ses points de repère, sa discipline et ses bonne habitudes alimentaires. Les autorités en charge du concours Miss Univers ont même songé à la déposséder de sa couronne avant qu'elle parvienne finalement à réduire un peu son embonpoint. Par-dessus le marché, entre-temps, le milliardaire Donald Trump était devenu propriétaire des droits du réputé concours de beauté. C'est lui qui devait organiser la présentation de ce prestigieux évènement l'année suivante (1997). Il va sans dire qu'il n'était guère enchanté de voir l'image de marque du concours être endommagée par les nouvelles "rondeurs" de la Miss Univers en titre. De passage à la populaire émission de radio du coloré animateur new-yorkais Howard Stern, Trump ne s'est pas gêné pour traiter Machado de "machine à manger" ("eating machine").



Loin de lui nuire et de la faire passer pour une irresponsable, ces attaques et cette controverse ont bien servi Alicia en attirant l'attention sur elle. Toute cette publicité l'a aidée à se faire connaître et à se distinguer du "lot" des autres gagnantes de concours de beauté. D'un seul coup, beaucoup de portes se sont ouvertes devant elle : offres pour participer à des séries télévisées, des télé-réalités, des émissions de variétés, des romans savons, des films... Des agences de mannequins lui font des propositions, tout comme des patrons de magazines qui désirent voir ses photos embellir leurs revues et leurs calendriers. On l'invite même à enregistrer un album de chansons. Soudain, comme par enchantement, tous les projets et les rêves qu'elle avait voulu faire ou réaliser depuis son enfance, semblent devenir possibles. Ils sont à sa portée au moment même où elle devient une femme. Et quelle femme ! Ses huit années à suivre des cours de danse (commencés alors qu'elle avait à peine quatre ans), la passion pour la musique qui a enflammé son adolescence, ses brèves études en administration et en droit (abandonnées après quinze mois), ses premières expériences en tant que mannequin et ses petits rôles initiaux dans des messages publicitaires l'auront donc conduite à ce tremplin qu'est le titre de Miss Univers. Le secret de son succès : une beauté envoûtante présentée avec une touche de sensualité dépourvue de vulgarité; une présence imposante qui fait vibrer toutes les fibres de sa féminité et qui captive tous les regards qui se posent sur elle; une chaleur torride qui émane des formes voluptueuses de son corps et qui embrase les sens de tous les hommes sur son passage...





Après son année de règne en qualité de Miss Univers, les rôles s'enchaîneront dans les séries télévisées et les télé-réalités, non seulement en Amérique latine mais en Europe. Sa performance dans le roman savon SAMANTHA (1998), à la télévision vénézuélienne, lui vaudra le prix de meilleure nouvelle actrice (ACE award). Mais en 2005, en Espagne, alors qu'elle participe à la télé-réalité intitulée THE FARM, une autre controverse éclate lorsqu'elle est filmée en train d'avoir une relation sexuelle avec un participant. On raconte que cet épisode sulfureux a causé sa rupture amoureuse avec le joueur de baseball professionnel Bobby Abreu qui, semble-t-il, souhaitait la fiancer. Plongée dans le tourment de cette nouvelle polémique, Alicia Machado a précisé plus tard qu'elle avait rompu avec Abreu avant cette histoire de sexe dans THE FARM. Amère, elle a ajouté que si c'était Abreu qui avait eu une telle aventure, on en aurait pas fait de cas, parce que tout semble permis aux hommes. Mais dans la mentalité des mâles latino-américains, c'est impardonnable qu'une femme se conduise aussi librement.






Encore une fois, cette esclandre crée des remous qui attirent les projecteurs sur elle. Cet autre coup publicitaire a peut-être contribué à lui ouvrir les pages de PLAYBOY. En effet, en février 2006, Alicia devient la première ex-Miss Univers à poser nue pour le magazine de Hugh Hefner. Elle le fait d'abord dans la version mexicaine puis, l'année suivante, dans l'édition originale américaine. Ne manquant pas de culot, et en savourant sans doute une douce revanche, elle dédie ces photographies splendides à Donald Trump, un puissant de ce monde, celui-là même qui l'avait qualifiée de "eating machine" dix ans plus tôt. Au cours des dernières années, la passion de la vedette sud-américaine pour la musique a pris plus d'importance dans sa vie professionnelle, elle a enregistré un second album de chansons et elle se produit en spectacle avec de plus en plus d'aplomb. Il y a trois ans, elle a interrompu ses projets de télé, de théâtre et de cinéma afin de donner naissance à son premier enfant, la petite Dinorah Valentina. Et, bien entendu, cet évènement a suscité un autre débat lorsque certaines sources d'information, citant le procureur général, ont rapporté que le père de cette petite fille était un baron de la drogue, Gerardo Alvarez Vasques. En conférence de presse, Machado a démenti cette nouvelle en affirmant que c'était plutôt l'homme d'affaires Rafael Hernandez Linares qui avait fait d'elle une mère.





Aujourd'hui, Alicia Machado vit à Mexico. L'an dernier, on lui a rendu hommage pour ses nombreuses réalisations dans plusieurs domaines de l'industrie du spectacle en lui faisant graver l'empreinte de sa main dans le PASEO DE LAS LUMINARIAS, l'équivalent mexicain du trottoir des célébrités à Hollywood (Walk of Fame). Elle intimide toujours les hommes par son immense pouvoir de séduction. Comme type de représentants de la gent masculine, Alicia dit préférer les Argentins, les Italiens, les Mexicains et les Espagnols. Ce que ses admirateurs trouvent le plus "sexy" chez elle ? Son sens de l'humour et... son derrière. Sa propre réponse à cette question ? Elle juge plutôt que c'est son sourire ainsi que ses jambes qui séduisent davantage ces messieurs... On se demande bien ce que Donald Trump en pense...


Aucun commentaire: